Un live en direct de l’espace

Le 26 octobre, des millions d’internautes ont pu assister à un Facebook Live en direct de l’espace. Le live montrait des astronautes en “intervention extra véhiculaire”, une caméra à la main, en train de se filmer.

Le succès est énorme et immédiat

Le live en question, qui aurait pu s’appeler “Comment enregistrer une vidéo d’une manière simple depuis l’espace”, a été relayé par les pages Facebook Viral USA, Interestinate ou encore Unilad et le Démotivateur en France, et a rassemblé des millions de spectateurs, enregistrant près de 48 millions de vues et 3,6 millions de commentaires.

Ce n’était qu’une supercherie

Si les images restent à couper le souffle et si la sortie est bien réelle, la vérité, elle, est beaucoup moins spectaculaire, puisqu’il s’agit en fait d’images qui ont été tournées en 2015 et ont été diffusées avec le logo mensonger ‘Live”. Le Live Facebook permet en fait de diffuser des Live différés et gère donc très bien le paradoxe, ce qui permet notamment aux professionnels peu scrupuleux d’exploiter la faille pour toucher la plus grande audience possible, avec de faux lives qui notifient tous les “likers” de la page.

Viralité et manipulation des images, un vrai danger

Le monde entier a été dupe jusqu’à ce que la vérité soit finalement révélée. Ce n’est pas le premier cas de duperie à grande échelle et nombreux sont les hoaxs (des propos mensongers présentés comme des informations dans une intention de manipulation) qui circulent et sont relayés sur les réseaux sociaux tels des vérités éclairées.

Une expérience pour le démontrer

On se souvient de Luciano Gonzalez qui, pour démontrer la puissance du hoax et l’aveuglement des internautes face à une information présentée sous la mention “Le saviez-vous ? “, avait propagé une rumeur folle sur l’origine des minions. Il “expliquait” en effet que les minions avaient été inspirés par des enfants cobayes victimes d’expériences nazies et illustrait son propos avec une photo qui montrait en fait de simples plongeurs du début du 20è siècle et dont le casque n’est pas sans rappeler la morphologie des Minions. Le statut publié sur Facebook était devenu viral et fut partagé des dizaines de milliers de fois avant que le chilien ne révèle lui-même la supercherie. Une façon originale et percutante d’alerter sur les dangers du partage d’infos non vérifiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *